WOMEN ON BIKES

23 mai 2017

Poursuivons notre nouvelle rubrique « Les Femmes et le Vélo »...

Pour cette deuxième rencontre, il nous a paru essentiel d’interviewer Silvi Demittens, tant elle œuvre activement pour développer le cyclisme au féminin. Cycliste passionnée et passionnante, chaleureuse et sémillante, Silvi a fondé le « Paris Woman Cycling Club » il y a déjà quelques années.  Son but ? Permettre aux femmes de découvrir les joies du vélo de route, dans un contexte plus serein, moins compétition qu’au sein d’un groupe masculin. Les hommes sont les bienvenus bien sûr, tant qu’ils respectent cette règle tacite de bienveillance, car ici on roule avant tout pour le plaisir de rouler et de découvrir de nouveaux paysages. Mais n’allez pas croire pour autant que ces femmes ne sont pas des sportives aguerries : certaines avalent des milliers de km par an et que dire de Silvi, adepte de la course Paris-Brest-Paris… 1 200km quand même, chapeau bas !

Aujourd’hui ambassadrice Rapha, expatriée à Nantes, Silvi poursuit avec enthousiasme son action pour le vélo féminin et a ouvert dès son arrivée la branche nantaise du « Woman Cycling Club »… Interview express de notre infatigable Silvi !

 

Silvi, parles-nous de ta rencontre avec le vélo, toi qui pédales quasiment tous les jours… Depuis quand ton vélo est-il devenu ton fidèle destrier ?

Alors le vélo... Et bien c'est ma passion pour les brocantes qui m'y a amené plus tard. J'étais toujours sur mon vélo plus jeune... Cela ne m'a d'ailleurs pas aidé à passer mon permis. Mais vers 2008 je fréquente le milieu du vélo et si le pignon fixe ne me touche pas c'est par contre les vélos anciens qui me frappèrent. Ils étaient si beaux et là c'était parti. Ma première aventure c'était sur un Baco sur 120km. Le virus était là. Je rencontrais Elvire et Victoria, deux têtes brûlées du vélo. On créait les Mittens pour rouler ensemble et loin. Il y a quelques années en créant le Paris Women's Cycle Club c'était une façon de partager avec des femmes cette façon de rouler. Libre. 

 

Quelle est aujourd’hui ta pratique du vélo ? Vélo boulot, cyclo-rando, triathlon, un peu de tout... ?

Aujourd'hui voilà bientôt 10 ans que le vélo est là. J'ai 6 vélos: carbone, cadres italiens... Et même de la haute couture au prix du prêt à porter avec un Meral. Je roule pour des périples et des aventures en troupe. Je suis une pipelette, les kilomètres je ne les vois passer. Je suis d'accord avec Sempé, la Bicyclette est la plus belle invention de l'homme. 

 

Ton plus beau souvenir à vélo ?

Je n'ai pas un mais plusieurs meilleurs souvenirs: Portland San Francisco avec Elvire et Victoria, Paris Londres avec ma team du Paris wcc ou Paris Laguiole pour déjeuner chez Michel Bras.

 

Ton plus gros coup dur à vélo ?

Le pire souvenir ? Une étape vers Paimpole en vent de face... Impossible d'avancer. 

 

Ton top 5 des meilleurs conseils vélo ?

- Ne jamais écouter ceux qui disent que c'est impossible

- Faire attention à sa position sur le vélo 

- Partager son énergie et être bienveillant

- Chanter sur son vélo

- Faire des côtes même si ce n'est pas notre tasse de thé, au bout il y a le ciel. 

 

A vélo, tu ne pars jamais sans… ?

Je ne pars jamais sans homéoplasmine... Et un dérive chaîne !

 

Ton prochain défi vélo ?

Mon prochain périple ? Les Vosges en septembre pour le Rapha prestige en équipe. 

 

Un petit mot pour booster toutes les femmes qui hésitent et les aider à franchir le cap du vélo ?

Le vélo c'est un secret de jouvence. C'est la vitesse de déplacement idéale. Une façon de tomber moins malade et puis quand on rencontre d'autres qui pensent comme nous, alors tout est réuni. 

 

Crédit photo : Julien Verlay

Retour aux actualités